Prévention contre le dopage

Depuis le 1er janvier 2008, la fondation «  Antidoping Suisse » fait office de centre de compétence indépendant pour la lutte antidopage. Son objectif principal est de contribuer à la lutte antidopage dans le domaine du sport au travers de campagnes d’information et de prévention.

En matière de lutte contre le dopage, les athlètes sont responsables de leur prise de médicaments et d’autres produits. Ils doivent également se tenir informés des dispositifs spécifiques et évolutions propres à leur sport. Chaque sportif a facilement accès à toutes les informations nécessaires via le site internet d’Antidoping Suisse et notamment de son application très pratique téléchargeable sur Google Play et AppStore.

 

Les athlètes sont également tenus d’informer leurs médecins et pharmaciens des obligations spécifiques auxquelles ils sont soumis en matière de lutte antidopage selon le niveau de leur pratique sportive.

Si un athlète doit, dans le cadre d’un traitement médical contrôlé, avoir recours à des produits figurant sur la liste des interdictions, il peut demander une autorisation d’usage à des fins thérapeutique (AUT) et éviter ainsi toute sanction en cas de contrôle. Il est important de noter que cette procédure doit être anticipée et réalisée en amont de tout potentiel contrôle.

Procédure AUT

La question du dopage ne fait pas uniquement référence à l’utilisation de médicaments interdits. Il existe d’autres formes de dopage tel que par exemple la manipulation de sang ou de composants sanguins. Cette forme de dopage qui a pour but d’améliorer l’alimentation en oxygène du sang est strictement interdite et s’avère très dangereuse pour la santé de l’athlète (infections sanguine, transmission de virus).

Antidoping Suisse propose de nombreux outils pour les enseignants et responsables sportifs dans le but de sensibiliser leurs membres aux risques du dopage. Les moniteurs et coachs ont le devoir de se tenir informés des règles en matière de lutte contre le dopage et d’être attentifs à d’éventuelles dérives de certains athlètes susceptibles d’être attirés par des méthodes ou produits interdits. Le coach doit servir de modèle et ne doit pas hésiter à aborder la problématique du dopage auprès des jeunes et de leurs parents qui jouent eux aussi un rôle central dans la prévention.

La Fédération Internationale d’Escrime met également à disposition dans la rubrique « Sport Propre » de son site des documents reprenant le règlement de l’AMA (Agence Mondiale Antidopage). Il est recommandé à tous les athlètes, entraîneurs et officiels de prendre connaissance de ces informations.

Retour haut de page