L'escrime paralympique

L’escrime, de par ses valeurs et ses atouts, se veut être un sport pour tous: et ce sans exception! C’est sur base de cette philosophie que se développe l’escrime paralympique au sein de Swiss Fencing.

L’escrime en fauteuil roulant a été créée par le docteur Sir Ludwig Gutmann après la Seconde Guerre mondiale. L’escrime en fauteuil roulant est une discipline des Jeux Paralympiques, les Jeux Olympiques officiels pour les personnes ayant un handicap physique, depuis 1960. Il existe différentes catégories de compétition dans les sports en fauteuil roulant. Chaque athlète est assigné à la classe appropriée par des classificateurs formés en fonction de son degré de handicap (hauteur de la lésion, fonctionnalité, etc.).

L’organisation des championnats du Monde de Paris 2010, qui se sont déroulé en commun au Grand Palais, fut une opportunité exceptionnelle pour l’escrime en général et pour l’escrime handisport en particulier. Cette prestigieuse compétition mondiale a confirmé que l’escrime est une grande famille… sans distinction.

En Suisse

L’escrime paralympique ou escrime handysport en Suisse existe depuis plusieurs années. Maitre Nielaba du Club d’escrime de Berne avec son athlètes Fred de Oliveira ont été les pionniers de la discipline. En 2018 Swiss Fencing sous l’impulsion de Patrick Hofer, athlète paralympique et Davide Bogiani, responsable escrime de l’Association Suisse paraplégiques (ASP)  a intègre dans les Statuts le développement de l’escrime paralympique.

En septembre 2021 est nommée une commission d’escrime paralympique (Swiss ParaFencing) qui réunit et coordonne  les deux âmes de cette discipline: Swiss Fencing et les clubs d’escrime d’une part, et l’Association suisse paraplégiques (ASP) et les groupes en fauteuil roulant de l’autre part.

Alors que l’escrime en fauteuil roulant est désormais présente sur tous les continents, la Suisse a décidé de mettre place un plan de développement de cette discipline avec le concours d’enseignants compétents et passionnés. Aujourd’hui, son développement est lié  à son intégration dans les salles d’armes traditionnelles, par la création de sections handisports au sein des clubs d’escrime et à l’étroite collocation avec l’ASP et les groupes en fauteuil roulant.

Swiss Parafencing entend créer un mouvement de base en concentrant l’activité dans les centres de compétences régionales : actuellement sont actifs les clubs de Berne, Lugano, Lausanne, Genève et Sion.  Le centre de compétence national reste Nottwil lieu des entrainement collectifs, des stages de préparation et des tests PISTE et de formation des maitre d’armes et moniteurs. A Nottwil ont notamment siège l’ASP et la Fondation suisse pour les paraplégiques.

Activités en Suisse

  • Journées découverte: Swiss Para Fencing, organise en collaboration avec l’ASP et les clubs des évènement sur le territoire pour découvrir l’escrime
  • Sport pour Tous: les club d’escrime organisent des cours d’escrime pendant la saison
  • Sport de compétition: Swiss Parafencing structure et coordonne l’activité de la Relève et du secteur Elite, avec une planification nationale, un calendrier de compétions internationale te des stages de préparation.

Avantages

Les différentes séquences de mouvements en escrime favorisent la motricité, la coordination, la précision et la vitesse. Les stagiaires apprennent à observer et à analyser. Le ressenti corporel et la perception de l’environnement sont constamment améliorés. Vous apprenez à mieux vous évaluer. La mobilité croissante du corps et de l’esprit améliore l’attitude envers la vie quotidienne. Vous vous sentez dynamique et libre. Avec cette nouvelle prise de conscience, les gens deviennent plus ouverts, plus communicatifs et plus performants.

Les règles pour les escrimeurs en fauteuil roulant sont analogues à celles de l’escrime pour les piétons. Les tireurs ne se déplacent pas avec le fauteuil roulant sur la piste d’escrime – comme on le suppose généralement encore et encore – mais sont fixés dans des cadres d’escrime. La distance entre les tireurs est déterminée en fonction de la longueur des bras.

Les catégories de handicap

La seule pratique de l’escrime reconnue au niveau international est celle en fauteuil roulant.
La notion du handicap minimum se traduit par une incapacité définitive de l’escrimeur à pouvoir pratiquer l’activité en position debout.

En fonction du degré de handicap les escrimeurs sont classés en trois catégories:

  • les tireurs de la catégorie A ont un bon équilibre du tronc (paraplégies avec une atteinte basse médullaire, amputés membres inférieurs, hémiplégies, séquelles polio, certains IMC),
  • les tireurs de la catégorie B n’ont aucun équilibre du tronc (paraplégiques avec une atteinte haute médullaire),
  • les tireurs de la catégorie C (tétraplégique) n’ont aucun équilibre du tronc et une atteinte fonctionnelle des membres supérieurs notamment au niveau de la préhension. C’est la raison pour laquelle, afin d’assurer un bon maintien de l’arme, celle-ci est attachée à la main à l’aide d’un bandage.

Informations

  • Chercher un club
  • Journées découvertes
  • Calendrier des compétions
  • Financement

Retour haut de page