Les Armes

L’escrime sportive recouvre 3 disciplines différentes : le fleuret, l’épée et le sabre. Rien que cette pratique offre un large panel de possibilités selon les préférences et capacités des sportifs. Si dans tous les cas elle oppose généralement 2 tireurs, sur une surface délimitée que l’on appelle la piste, chaque arme possède ses spécificités et ses règles propres : caractéristique de l’arme, comment porter le coup, quelle partie peut être touchée, comment sont attribuées les touches.

L’épée

Arme qui ne peut toucher qu’avec une pointe, sur tout le corps. Il n’y a pas de «convention»: la question revient à celui qui frappe le premier. En cas de coup double, possible uniquement dans les 40 à 50 millisecondes, un point est attribué aux deux tireurs. C’est la spécialité très tactique et la plus méditée et c’est celle qui plus que les autres a conservé certaines caractéristiques du duel.L’épéiste doit être capable de toucher son adversaire en utilisant des cibles restreintes comme la main, le pied que l’on nomme communément les « avancées ».

Toucher aux avancées est difficile, ce qui oblige l’épéiste à être très précis. Le match peut durer pour obtenir quelques points, l’adversaire utilisant facilement la contrattaque ou la défensive pour toucher. Il est difficile de loger une attaque, il faut donc bien préparer ses actions et surtout être capable de deviner le jeu adverse. Les actions destinées à toucher au corps demandent une grande capacité de vitesse d’exécution.

Son poids total est inférieur à 770 grammes et Sa longueur totale maximum est de 110 cm. La lame en acier est de section triangulaire et de longueur maximum de 90 cm, sa flexibilité est réglementée. A l’épée électrique, la lame est terminée par un bouton marqueur électrique devant repousser un poids de 750 grammes.

Le fleuret

Les plus jeunes commencent l’escrime avec cette arme, qui ne peut que toucher à la pointe et est considérée par beaucoup comme la plus appropriée pour apprendre les actions fondamentales. La cible valable est l’ensemble du tronc, recouvert d’un gilet conducteur.
La surface valable exclut donc les membres et la tête. Le fleurettiste doit être capable de loger avec précision sa pointe face à un adversaire qui possède de nombreux moyens de défense ; avec son arme, action de parer ou en réalisant des esquives pour éviter la touche. Il peut aussi utiliser les retraites (action de reculer) pour se défendre. Cependant le fleurettiste a l’avantage de pouvoir profiter de la règle de convention qui peut lui donner la priorité grâce à l’action de l’attaque. Cette convention favorise le jeu offensif et permet au fleurettiste de pratiquer l’échange avec les armes. En cas de touche pour les deux adversaires, l’arbitre applique la « convention »: une série de règles dérivant de la logique du duel, selon laquelle « il a raison » (et donc le point est attribué) qui attaque en premier, parade et répond, ou celui qui a l’arme « en ligne » (bras tendu et pointe menaçant la cible valide) avant que l’attaque de l’adversaire ne commence.

Son poids total est inférieur à 500 grammes et sa longueur totale maximum est de 110 cm. La lame d’acier est de section quadrangulaire et de longueur maximum de 90 cm, sa flexibilité est réglementée, limitant la rigidité et la souplesse.

Le sabre

Comme pour le fleuret, la « convention » est appliquée, mais la cible est plus large, y compris toute la moitié supérieure du corps: le tir n’est pas signalé (comme il se passe en fleuret) s’il atteint d’autres parties du corps.

Au sabre, la surface valable est matérialisée par toute la partie du corps situé au-dessus de la « ceinture », exception faite pour les mains. La surface valable exclut donc les membres inférieurs mais aussi les mains. La cible est facilement accessible grâce à la nature des cibles à atteindre et la manière de toucher (principalement avec le tranchant). De plus, comme au fleuret, le sabreur possède la règle de la convention, ce qui accentue l’esprit d’un jeu très offensif. Le sabreur sera donc un escrimeur très explosif et exploitera très rapidement ses qualités de vitesse. Cependant il devra être capable de maîtriser cette vitesse (là dompter) pour éviter de proposer à son adversaire des cibles généreuses et facile à atteindre. Il peut être frappé avec toute la lame, donc avec la pointe, la coupe et la contre-coupe. C’est l’arme la plus dynamique et la plus rapide, à privilégier pour ceux qui ont un tempérament vif et agressif.

Son poids total est inférieur à 500 grammes. Sa longueur totale maximum est de 105 cm. La lame en acier, de section à peu près triangulaire vers le talon, puis rectangulaire vers son bouton, et de longueur maximum de 88 cm, a une flexibilité également réglementée.

Retour haut de page